Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog de la Culture

Le Blog de la Culture

Le Blog de la culture doit présenter ce qui me plait ou déplaît dans la société, avec une préférence pour l'art en général. Film, Musique, Série, Recette, Livre, Art pictural ou architectural...

Publié le par Clem's Le Corre
Promenade onirique

- Cette nuit, j'ai fais un rêve magnifique. Assoupie dans tes bras tendres, je me suis assoupie. Je me suis réveillée ce matin quand tu m'as serré tout contre toi, et grâce à toi, je me souviens. J'ai rêvé que j'étais un oiseau, commence-t-elle. Oui, un oiseau, ou un poisson, un poisson bleu mais aussi un oiseau. Un être entre les deux, si c'est possible. Je crois que je n'avais pas de forme précise.

- Mmhh? Ma douce, tu me parles?

- Oh j'ai parlé à voix haute, je m'excuse, répond-t-elle en enfouissant son visage dans ses bras.

- Ne t'inquiète pas, continue. Et il lui pose un baiser sur le front. 

- J'étais bleue, et transparente, illuminée et scintillante à la fois, un peu comme de l'eau... tu me comprends?

- Pas vraiment, je t'imagine comme un mélange entre l'oiseau de Twitter et le poisson Arc-en-ciel, dans le style Ghibli.

- Je ne sais pas comment t'expliquer... Elle ferme les yeux et se concentre. Je me rappelle avoir senti l'eau sur ma peau, et dans ma bouche, sans que je me noie. Je n'avais pas froid, j'étais chez moi. Je pouvais faire ce que je voulais. Je me rappelle avoir parcouru les airs au dessus des nuages Le vent soufflait et j'adorais le suivre ou le combattre au fil de mes envies. Je me rappelle avoir parcouru des kilomètres sans me fatiguer et découvrir des paysages si beau...

- Tu as une bonne imagination, ça m'a tout l'air d'être un joli rêve. Il ferme les yeux à son tour et tente de se rendormir.

- Non, je t'assure, dit-elle en s'emportant légèrement, je n'ai jamais ressenti ça. J'ai eu peur quand je me suis retrouvée dans les abysses. J'ai senti mon cœur battre et ma peau frissonner alors que je longeais la faille sous-marine. Jamais je n'ai eu aussi peur de tomber. Et pourtant, je nageais. J'ai eu chaud, j'ai transpiré alors que je survolais un volcan actif plein de lave. J'ai eu mal aux yeux à cause de la fumée et pourtant, quel spectacle!

- ça n'est toujours qu'un rêve, tu sais. Tu étais dans mes bras toute la nuit.

- Peut-être, ça paraissait tellement réel. Et maintenant, je me sens si lourde, si maladroite et mes muscles me tiraillent. 

- Tu penses qu'il  y a une raison à ce rêve? finit-il par demander après quelques minutes et un bâillement. 

- Je ne sais pas... selon Freud, il y a toujours une signification aux rêves. Mais là, je doute. J'ai voyagé, je suis sûr de n'avoir jamais aperçu en vrai ces paysages, même à la télévision. Tout paraissait réel, réaliste. J'y ai vu dans toute sa splendeur, sa magnificence, sa dangerosité aussi. En une nuit, qui m'a parue des jours entiers, j'ai appris à aimer notre planète. Rien n'est plus beau à mes yeux qu'un coucher de soleil sur une forêt de sapin après la pluie, quand on sent les feuilles et les épines crisser sur nos pieds et que l'écorce et la mousse humides font vibrer nos narines tandis que les dernier rayon lumineux réchauffent le visage et le cœur. 

- Bon, on fait quoi aujourd'hui? 

- Mais...

- Qu'y a-t-il?

- Rien, je...

- Tu veux qu'on aille se promener? Sur la côte, dans la forêt?

Elle répondit en un bond pour l'enlacer dans un cri de joie et de bonheur.

Commenter cet article